Près de 150 ans au service des jeunes

L’Institut de Vigne voit le jour en 1872 grâce au legs d’Adolphe De Vigne à la ville de Semur-en-Auxois. Le testament, accepté par la commune, stipulait que le legs devait servir à l’accueil d’une vingtaine de «jeunes filles pauvres» de la région.

Par une décision du Conseil d’Etat de 1878, la gestion de l’orphelinat est confiée à la commission administrative de l’hospice de Semur en Auxois, avec une gestion distincte de celle de l’hospice. L’établissement va progressivement s’agrandir.

L’Institut de Vigne, sous l’impulsion du Maire, M. Morlevat, devient en 1958 une Maison d’Enfants à Caractère Social et un centre de perfectionnement ménager pour jeunes filles y est accolé. Ce dernier est transformé en 1966 en école spécialisée (école autonome de perfectionnement (EAP) pour scolariser les enfants de l’institut).

L’internat de l’Institut De Vigne accueillera jusqu’à 192 jeunes filles, en 1967.

En 1972, l’’établissement n’a plus de personnalité morale propre mais continue à bénéficier d’un patrimoine immobilier.  Avec les lois de décentralisation des années 80, la tutelle de l’IDV passe du ministère de la Santé et des affaires sociales au Conseil Général de la Côte-d’Or et au service de l’Aide Sociale à l’Enfance. En 1990, l’Institut compte 80 places pour jeunes filles de 8 à 20 ans dont la majorité présentent un retard scolaire important ; la plupart sont scolarisées à l’EAP.

En 1994, l’Institut devient mixte et diversifie ses modes d’intervention. Parallèlement, l’école de perfectionnement se transforme en section d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) et intègre le collège de la commune. Désormais, tous les jeunes sont scolarisés dans les établissements scolaires de droit commun de Semur en Auxois et sa région.

En 2006 et 2007, deux nouveaux services sont créés : Via Ferrata pour l’accompagnement à domicile des enfants et des familles, et Chrysalide, service d’accompagnement de jeunes mères célibataires de 16 à 25 ans.

En 2014, 2 antennes du service d’accompagnement à domicile sont créées à Montbard et Châtillon-sur-Seine ; le service Chrysalide est fermé.

En 2020, un comité de 5 conseillers compose une commission extra-municipale permettant une gestion facilitée de l’Institut de Vigne, désormais « d’intérêt communal ». Le premier financeur est et reste le Conseil Départemental de Côte d’Or